Actualité

Lyon: des poulets brûlés vifs pour une exposition d’art indignent les défenseurs de la cause animale

À Lyon, une oeuvre d’art fait réagir les défenseurs de la cause animale. L’artiste Adel Abdessemed fait brûler vifs des poulets. Il assure pourtant que les animaux n’ont pas souffert

 

Autant dire que les visiteurs du Musée d’Art Contemporain (MAC) à Lyon, ont plutôt intérêt à avoir le cœur bien accroché. Depuis le 8 mars, date du coup d’envoi de l’exposition « antidote », l’établissement diffuse la vidéo horrifiante de l’artiste Adel Abdessemed où une vingtaine de poulets sont brûlés vifs. Les spectateurs de cette oeuvre baptisée « Printemps » peuvent entendre les cris stridents de ces pauvres animaux suspendus par les pattes.

 

L’artiste qui explique que les volatiles n’auraient strictement pas souffert grâce à des effets spéciaux utilisés au cinéma, n’est pas parvenu à apaiser la colère des défenseurs de la cause animale.

PETA et la fondation Brigitte Bardot indignées

Le Parisien publie l’indignation de l’association PETA: « Ceci n’est pas de l’art, c’est de la cruauté envers les animaux. Que l’artiste ait utilisé un trucage ou non, les poulets exploités dans « la performance » d’Adel Abdesseled ont été suspendus à l’envers par des crochets, exhibés à des spectateurs et confrontés à la présence de flammes sur leur corps – une expérience terrifiante et traumatisante pour ces êtres sensibles et intelligents »

La Fondation Brigitte Bardot est également montée au créneau en demandant des explication au Musée d’Art Contemporain de Lyon, ce lundi 12 mars.

Le MAC assure que les animaux n’ont pas souffert

Dans la même journée, le MAC a justifié son choix par voie de communiqué. Il explique que « Printemps » est une « allégorie de toutes les violences. Notamment celles qui sont infligées aux animaux ». Il indique également que cette « vidéo a été réalisée au Maroc avec une équipe de techniciens créateurs d’effets spéciaux pour le cinéma, qui utilisent couramment ce produit pour créer des effets de flammes et d’incendie qui sont sans danger. (…) Les animaux ont été soumis à cet effet de flammes que pendant trois secondes sous le contrôle strict des techniciens et de l’artiste pour éviter toute souffrance. Ces trois secondes ont ensuite été montées en boucle dans un dispositif sonore et visuel qui en accentue la dramatisation »

De son côté, l’artiste répond à ses détracteurs dans Le Figaro en détaillant sa démarche: « On m’accuse parfois d’être violent et sanguinaire car je montre et dénonce cette violence qui est autour de nous mais personne n’a eu le courage de voir mon travail de près ou d’écouter ma pensée »

Adel Abdessemed n’en est effectivement pas à son premier coup d’essai. En 2009, à Turin (Italie), une vidéo montrait des cochons et des vaches en train de se faire assommer dans un abattoir. Une association avait porté plainte contre lui mais la justice avait permis à l’artiste de poursuivre son exposition.

À Lyon, le MAC compte lui aussi maintenir cette exposition malgré la polémique, indique Le Parisien

(10 commentaires)

  1. Notre société est de pire en pire, cette discrimination envers les animaux, ce racisme envers l’animal, prend des proportions énormes qui brisent le coeur de ceux qui comprennent que l’animal souffre, aime, et qui nous pousse au combat…..

    Aimé par 1 personne

  2. Si quelqu’un trouve que cela est de l’art…alors je ne peux dire que cette personne me fait pitié pour son Idiotie….ceci sont des meurtres horribles……!!! Honte à tous ceux qui essayent de défendre cette cruauté.

    J'aime

  3. Le monde sombre à nouveau dans la pire barbarie et les ténèbres où il n’y a plus de frontière entre le bien et le mal
    Un monde où on tolère que les animaux soient maltraités sans conscience des tortures que on leur inflige .cette cruauté et manque de sensibilité sont inhumains ou trop humains !!!!!c’est ABJECT

    J'aime

  4. Personne n’a porté plainte pour cruauté contre les animaux ? Je ne croyer pas mes yeux ,ils ne souffre Pas! J’aimerais bien d’allumer le feu en de sou vos pieds et voir si vous souffre ! Monstres! Atroces et J’espère que va être puni et perdre votre boulot ( d’art?)

    J'aime

  5. Les commentateur.rices indigné.es de cette article sont-il.elles végétarien.nes? J’aimerais le savoir. Car même si ces images sont assez insoutenables, l’artiste semble porter un message, justement celui de la souffrance animale. Il dénonce la cruauté des hommes et femmes qui se fichent peu de la souffrance animale pourvu que leur steak est à point ou la peau de leur poulet bien craquante. Enfin c’est ce que semble raconter l’article ou alors je surinterprete.
    Bien sûr ces pauvres poules n’ont rien demandé mais ma fois pas plus que tout ceux exposés dans nos rayons de supermarchés.

    J'aime

  6. Attention, le titre ment, les poulets n’ont pas été brûlés vifs. Il s’agit d’effets spéciaux et les poulets ne sont pas morts. Les gens qui commentent se sont-il arrêtés au titres ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s