Actualité

En Isère, le sanglier va être chassé pendant… un an!

Avec la prétendue surpopulation de sangliers et dans une moindre mesure du cerf Sika, le préfet ouvre la saison de chasse deux mois plus tôt que prévu.

Il ne reste que 15 jours aux sangliers et aux cerfs Sika pour vivre paisiblement dans leur forêt en Isère. Le préfet a annoncé ouvrir la chasse dès le 1er juillet et non à la rentrée comme à l’accoutumée. En cause, « la surpopulation de sangliers – et dans une moindre mesure de cerfs Sika – qui occasionnent des dégâts aux cultures », selon la préfecture de l’Isère.

Pour la saison 2017-2018, les dégâts causés par les sangliers s’élèvent à un million d’euros, « montant indemnisé par les chasseurs ». Sans compter les dégâts occasionnés aux propriétés et tous les risques afférents, de collision, sanitaires voire écologiques.

Le sanglier chassé toute l’année, sauf les dimanches d’été

En substance dans l’arrêté préfectoral, le sanglier sera chassé toute l’année sauf les dimanches d’été, les vendredis, le 14 juillet et le lundi de Pentecôte 2019. La chasse sera autorisée également par temps de neige. Les réserves seront les seules a être préservées des coups de fusil.

Le cerf sika, « une espèce exotique originaire d’Asie considéré comme envahissante » est également dans le viseur des chasseurs et des pouvoirs publics. Dès le 1er juillet, il aura un peu moins de chance que le sanglier puisqu’il sera chassé sans restriction et y compris le dimanche. Il aura juste trois mois pour souffler, du 28 février au 1er juin.

Une décision contestable

Selon l’article 13 de l’arrêté préfectoral « la présente décision peut être contestée dans un délai de deux mois à compter de sa publication ou notification » soit en se remettant directement au préfet de l’Isère soit auprès du « ministre de la transition écologique et solidaire » ou encore en déposant un « recours contentieux devant le tribunal administratif de Grenoble ». 

Et si au lieu de chasser, on commençait par contrôler les naissances humaines ? Et si au lieu de chasser, on arrêtait de faire pousser des immeubles ci et là, grignotant toujours plus le territoire des animaux sauvages ? Et si les chasseurs arrêtaient leur lâcher de sangliers dans la nature  pour le simple plaisir de tuer ? Une pratique non contestée par l’arrêté préfectoral qui l’interdit pour l’occasion dans son article 11. Et si on (ré)apprenait tout simplement à vivre en harmonie avec la nature? Non à la chasse!

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s