Actualité

Pour son 25e anniversaire, l’émission « Zone Interdite » sur M6 consacre un numéro entier sur le véganisme (et ça risque de vous défriser)

À l’occasion de ses 25 ans, l’émission « Zone Interdite » animée par Ophélie Meunier ne diffusera pas un best-of mais tout un numéro consacré au véganisme, sur M6. On a trouvé l’intégralité du sommaire. Les reportages prévus risquent de vous défriser.

Pendant plusieurs mois, les journalistes de l’émission de société « Zone Interdite » ont mené l’enquête partout en France sur le mouvement vegan qui ne cesse de prendre de l’ampleur avec une diminution de 12% de la consommation de viande.

Le numéro qui s’intitulera « Alimentation, environnement, respect des animaux: Enquête sur la révolution Vegan » sera diffusé le dimanche 4 novembre en prime-time, sur M6.

Sans plus attendre, voici un sommaire détaillé:

« Des ados qui cessent du jour au lendemain de consommer viande, œufs, poissons et même produit laitiers. Des produits estampillés “vegan” qui envahissent les rayons des hypermarchés allant du camembert 100% végétal à la teinture pour cheveux. Mais aussi des boucheries vandalisées par des commandos déterminés. Ophélie Meunier et les équipes de Zone Interdite ont enquêté sur l’émergence du mouvement vegan qui fait de plus en plus d’adeptes en France.

Officiellement, un mouvement qui défend la nature et le bien-être animal. Mais nous allons découvrir également son côté obscur avec des militants dont certains sont prêts à commettre des actions violentes afin de faire cesser la production et la consommation de produits d’origine animale en France. Qui sont ces “antispécistes” qui considèrent que la vie d’un animal est aussi importante que celle d’un homme ? Jusqu’où sont-ils prêts à aller ?

Ceylan et Tiphaine sont à la tête de l’une des branches françaises de l’association israélienne 269 Life. Avec leur groupe, ce sont des habitués des actions “coup de poing” dans les abattoirs. Ils y pénètrent parfois par effraction, pour bloquer la chaîne d’abattage et sauver des animaux qu’ils considèrent comme des individus. Nous les avons suivis lors d’une action clandestine en Belgique. Tiphaine, diplômée en droit et enseignante dans une grande faculté française sait pertinemment qu’elle enfreint la loi. Le couple a d’ailleurs déjà été condamné à de la prison avec sursis et risque, aujourd’hui, de nouvelle condamnations.

Si la cause “vegan” progresse en France où la consommation de viande a déjà baissé de 12% ces dix dernières années, c’est grâce à L214. Cette association est devenue en quelques années une organisation très influente, une référence qui convertit des milliers de personnes au véganisme. Julia, 25 ans s’est inscrite au “Veggie Challenge” proposé sur leur site : un programme d’initiation de trois semaines pour devenir totalement vegan. Tous les jours, elle reçoit des mails avec des astuces culinaires et des informations sur la cause animale. A l’issue de son challenge, son médecin vérifiera son état de santé. Aura-t-elle des carences ? Réussira-t-elle, à son tour, à convaincre son entourage d’adopter un mode de vie totalement vegan ? Car en plus d’un régime alimentaire très strict qui interdit de consommer tout produit animal, les vegans refusent également de porter des sacs ou des vêtements en laine ou en cuir.

Pour ces adeptes de la cause vegan, toute une offre spécifique se met en place dans la grande distribution aussi bien en ville qu’à la campagne. Camille et Adrien, 25 ans, ont compris qu’il y avait un marché à exploiter en accord avec leur éthique de vie. Leur start-up “Funky Veggie” propose des en- cas sucrés 100% végétal, à base de dattes et de noix. Ils sont courtisés par les acteurs de la grande distribution et ils sont déjà commercialisés dans les supermarchés de la capitale. Leur prochain défi : inonder les villes de province.

Face à l’essor du véganisme et des “actions chocs” de ces militants extrémistes, le monde de la boucherie se révolte. Il défend un métier de tradition et la culture française. Hugo Desnoyer est en première ligne. C’est un boucher d’excellence qui ne veut pas voir la viande disparaître des assiettes. Mais il appelle toutefois à une prise de conscience collective. Lui aussi est révolté contre certaines dérives de l’industrie de la viande. Son message : manger moins de viande mais de meilleure qualité. Ce boucher prône une consommation raisonnée et se déplace au cœur de nos campagnes pour accompagner le travail de ces éleveurs. Des hommes passionnés qui conservent au centre de leurs préoccupations, le bien-être de leurs animaux. »

Doit-on s’attendre à des reportages caricaturés ? Des messages complètement erronés ?

Vegetalpower compte sur vous pour nous donner vos impressions après la diffusion.

un commentaire

  1. Le choix des interlocuteurs et le vocabulaire employé, la confusion sur le terme « antispécisme », la fin sur le « bon boucher » laissent déjà voir le résultat : présentation du mouvement à travers les franges les plus confrontationnelles, focus sur la forme et confusions sur le fond à peine abordé, réduction de la nourriture végétale aux similis, pour finalement conclure en la beauté du « juste milieu ».

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s