Actualité

PHOTOS&VIDEO. Comment des agriculteurs font barrage à des militants vegans dans le Rhône

Des agriculteurs se sont donné rendez-vous, ce lundi au petit matin pour faire fuir des militants vegans qui devaient se rassembler pacifiquement devant des abattoirs dans le département du Rhône.

« L’objectif était d’être là avant eux pour ne pas qu’ils s’installent (…) Pourquoi aujourd’hui on changerait d’alimentation à cause d’une minorité? », a déclaré Pascal Girin, président de la FDSEA69, au journal le Progrès

Voilà donc comment et pourquoi la centaine d’agriculteurs qui se disent « mobilisés et remontés » ont tous convergé, une heure avant l’arrivée des militants vegans, devant les abattoirs de Secat, à Saint-Romain-de-Popey, près de Tarare, dans le Rhône.

du lisier en guise d’échange avec les activistes vegans

Sous l’égide de « Lyon Animal Save », seuls une douzaine d’activistes s’étaient donné rendez-vous sur les lieux du rassemblement pacifique à 3h du matin.

47030034_316967872366024_1062739393392934912_n
Photo Lyon Animal Save

« Nous ne voulons pas empêcher de travailler, mais les ralentir entre 1 à 3 minutes pour pouvoir filmer ce que vivent les animaux pour ensuite partager des images sur les réseaux sociaux et sensibiliser les gens sur leurs souffrances. On aimerait échanger avec les agriculteurs… », ont également déclaré les anti-spécistes.

« Vous l’avez bien cherché »

Mais les agriculteurs totalement réfractaires au dialogue décident de  déverser « une benne pleine d’excréments sur les activistes et leur véhicule, le tout sous le regard passif de la gendarmerie [de Tarare et du PSIG de la compagnie de Villefranche-sur-Saône, NDRL]«  informe l’association sur son compte Facebook.

LA VIDEO ICI.

Au « vu de la dangerosité de la situation » et de leur mise à l’écart par les forces de l’ordre, les militants quittent les lieux.

Et les organisateurs anti-spécistes de ce second rassemblement de s’interroger sur les réelles motivations de la préfecture : « Cette mise en danger des activistes était bien connue (voire même orchestrée ?) par la préfecture et les autorités locales puisque les deux manifestations avaient été autorisées… », peut-on lire plus loin dans le communiqué de « Lyon Save Animal » sur Facebook.

De même qu’ils s’insurgent quant à l’inaction des forces de l’ordre alors même que les militants pacifistes sont en sous-nombre : « Lorsque l’on a demandé aux gendarmes s’ils comptaient intervenir en interpellant la personne ayant agressé les activistes, ont répondu: « vous l’avez cherché » ».

46693456_316967879032690_7984358750318231552_o
Photo Lyon Animal Save

Enfin, les représentants de l’association pointent également du doigt le gouvernement qui « a permis à une centaine d’agriculteurs d’aller contre une douzaine de militants, et a envoyé en soutien seulement 6 policiers (contre plus de 40 lors de la première veillée) ! »

*Photo en Une : Lyon Save Animal.
Rejoignez-nous sur notre page Facebook.